Témoignage de Arnaud Tremblez sorti en 2013
Bonjour à toi cher(e) ami(e),
Si tu lis cette lettre, c’est que comme moi tu fais partie de l’histoire de cette formidable institution qu’est Saint – Joseph. Aujourd’hui je vais te raconter mon aventure longue de 9 années au sein de cette école.
Tout d’abord, laisse – moi me présenter. Je me prénomme Arnaud et mon nom de famille est Tremblez. J’ai 26 ans. J’ai terminé mes études secondaires en 2013 après avoir obtenu mes diplômes en électricité du bâtiment et en électricité industrielle (6 P. – 7P.) et celui de frigoriste lors de ma 7ème technique de qualification.
            Tout commence après l’obtention de mon CEB en fin de 6ème primaire, il fallait faire le choix d’une nouvelle école pour des études secondaires. Et tout naturellement, celui-ci s’est porté pour Saint – Joseph car ma grande soeur y avait fait ses études. De plus,  cette école a et avait  une bonne réputation.
            Durant 4 ans, j’ai suivi le cursus général avec comme option les sciences économiques et  langue II anglais. A cette période, j’ai rencontré une personne qui allait devenir plus qu’un ami, un frère, Simon Lacroix, que je tiens à remercier dans ce témoignage pour tous les bons moments passés et … futurs qui nous attendent. C’est aussi à la fin de cette 4ème année qu’une autre personne va avoir un impact important dans ma vie, mon titulaire, Grégory Madenspacher, qui va modifier la trajectoire de mon parcours scolaire. En effet, alors que je devais doubler cette année-là au vu de mes 4 échecs dans les branches principales, mon professeur titulaire me propose de réorienter ma scolarité vers le domaine technique. Je ne le savais pas encore mais cette conversation constituera le premier tournant de ma vie, celui de mon futur métier. Après mûre réflexion avec mes parents, je décide de rentrer en 5ème année professionnelle en option électricité du bâtiment.
            Je ne te cache pas que mon adaptation pendant les 2 premières années dans cette option fut compliquée surtout pour quelqu’un qui n’a jamais été manuel. Donc, il m’a fallu apprendre comment travailler avec mes mains, comprendre un nouveau domaine, mais c’est là aussi que j’ai pu rencontrer d’autres personnes que je considère un peu comme ma deuxième famille : Antoine, Ludovic, Charles, Martin, Guillaume.
            Durant mes études professionnelles, différents professeurs sont venus compléter ma formation en tant que personnes mais aussi en tant qu’intellectuels. Je tiens d’ailleurs par ce témoignage, à les remercier tous. Avec une attention toute particulière pour Monsieur Pierard, Monsieur Destoquy-Gilles, Monsieur Vossen, Monsieur Chiaradia et Monsieur Sellier.
            Mais je me dois de ressortir un professeur, une personne qui est allée au – delà de son rôle de professeur. Un homme que je considère comme mon mentor, le meilleur professeur que j’ai pu avoir de toute ma scolarité, monsieur Christophe Lambot, mon professeur d’électricité. Vous vous souvenez de notre premier examen oral où à la fin de celui-ci j’ai fondu en larmes ? Vous m’avez appris que le chemin à parcourir était long et semé d’embûches, que j’allais trébucher, échouer, souvent mais qu’il fallait me relever, me remettre en question, comprendre mes erreurs, avancer, gravir les marches une à une, étape par étape. Si aujourd’hui je suis l’homme que je suis devenu, je vous le dois en partie et je ne vous en remercierai jamais assez.
            Après avoir obtenu mon CESS, je me suis posé la question : « Jusqu’où peux-tu aller dans tes études ? » . C’est pour cela que pour ma dernière année, j’ai décidé de m’inscrire dans l’option 7ème technique de qualification, option froid. Un autre domaine en lien avec celui de l’électricité. Une possibilité qui a vu le jour  dans l’école lors de ma 7ème professionnelle et que deux de mes amis ont suivie. Au bout de cette année – là, je ressors avec un diplôme (en plus de celui d’électricien), de frigoriste et un certificat d’excellence.
            Aujourd’hui, à la question « Que penses-tu de l’enseignement professionnel ? » je te répondrai que c’est une section qui mérite un peu plus d’attention de la part des parents et du politique. Il faut lutter contre les préjugés, comme par exemples , que l’on y envoie les bons à rien car ils ne parviennent pas à réussir le cursus général, que les études professionnelles sont faciles, sont désuètes, … Les personnes « manuelles » sont de plus en plus recherchées dans le monde du travail. Les différents domaines techniques sont en perpétuelle évolution. Il est donc important que la qualité de formation de jeunes hommes ou femmes dans ces différentes techniques soit la plus complète et la plus pointilleuse possible avec un apprentissage de langues étrangères. La Belgique manque cruellement de personnes capables de réaliser ces tâches. Ne dit-on pas que ce qui est rare est cher ? Je terminerai, pour répondre à cette question, que le cursus technique-professionnel doit se faire le plus tôt possible dans l’apprentissage par rapport à un parcours dans l’enseignement  général  car il faut beaucoup de temps pour maîtriser toutes les palettes techniques que demandent ces métiers d’artisans .
            Après mes études secondaires, j’ai entamé un baccalauréat en gestion technique du bâtiment et domotique que j’ai réussi en 2018. Actuellement je travaille au sein du groupe Engie en tant que technicien de maintenance HVAC pour les bâtiments de l’Europe. Je m’épanouis dans mon travail car j’apprends tous les jours de nouvelles choses et je parviens à résoudre de nouveaux problèmes. N’est – ce pas tout ce que les parents veulent pour leurs enfants ?
Pour terminer, l’enseignement professionnel ne doit pas être considéré comme un choix par défaut, il ne faut pas oublier que c’est le choix d’une vie. Après il est plus compliqué de revenir en arrière. Ce sont des métiers durs, exigeants, il faut être motivé, patient et ne pas avoir peur d’échouer car au final c’est tellement gratifiant lorsque l’on arrive à un résultat positif.
            J’ai été ravi de  partager avec toi mon parcours atypique, j’espère que ce témoignage pourra t’aider à comprendre ce qu’est l’enseignement professionnel à travers mon expérience.
            Je te remercie pour ton attention.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *