Témoignage de Rudy Dewez sorti en 1981.
Avec un papa instituteur à Saint Jo la voie était tracée !
3 années de gardiennes et 5 de primaires aux Capucins… Puis en route vers la rue Courtejoie pour la 6ème primaire et les 6 secondaires !
L’ancrage local de l’école des Capucins reste un très bon souvenir puisque des amitiés toujours bien en place s’y sont créées.
Non seulement on se voyait avec les copains durant l’école mais on se retrouvait ensuite à la même plaine de jeu du quartier du Congo !
Et puis il n’y avait pas un mercredi où nous n’étions pas invités chez l’un ou l’autre : Jean-Luc Pirlot , Etienne Bodart, Etienne Gillet, Bruno Donis, Bruno Laloux, Jean-Marc Lecomte, Bernard Demarcin, … pas besoin d’internet à l’époque car les amis n’étaient pas virtuels !
C’est également l’époque de la remise des bulletins par ordre de points, époque des rangs par quartier et accompagnés d’un instituteur que l’on faisait jusqu’au premier carrefour pour retourner à la maison à 16h, époque de la télévision scolaire et DU match de foot annuel entre les élèves de la gare CONTRE ceux du d’ssus. On ne rigole pas avec cela car l’honneur est en jeu !
Ma « douce voix cristalline » de l’époque (c’était avant que la cigarette ne passe par là) est repérée par notre professeur de chant, Mr Sacré.
Et hop me voilà embarqué comme soliste Aux Troubadours Sans Frontières. Quelle aventure !
Nous faisons quelques passages à la TV (MAtélé n’existait pas et se voir dans le petit écran est exceptionnel à l’époque).Nous enregistrons également un 45 t. Pour les plus curieux, je les invite à se rendre sur www..bide-et-musique.com.
Le passage en 6ème primaire m’oblige à quitter le confort de l’implantation familiale de l’école des Capucins pour me retrouver « à la grande école » avant l’heure.C’est l’année des classes de neige que l’on avait financées patiemment durant deux longues années, semaine après semaine, par l’achat de « timbres ».
C’est aussi l’année des examens cantonaux et de mémoire, les élèves de Saint Jo avaient performé
cette année-là.
Lorsque j’arrive en secondaire, les cours d’IVES (initiation à la vie économique et sociale) me passionnent.Très vite j’en fais un choix professionnel ! Je veux devenir assistant social, ouvrir une maison d’accueil pour délinquants ou aller dans les prisons. Cette « vocation » va me motiver tout au long des 6 années.
Mes professeurs, Roland Maison et Francis Laroche, dans un style très différent, y sont pour beaucoup.
J’ai également eu la chance d’avoir Mr André Delsemme comme titulaire en seconde. Il avait un contact formidable avec ses élèves et une énergie communicative.
Ensemble, nous avons monté un projet de collecte de jouets pour des enfants abandonnés.
Je garde également précieusement le livre sur Rome qu’il m’a généreusement remis en fin d’année.
Aujourd’hui toutes ces belles années sont bien loin. Après mes études d’AS, j’ai passé une année au service social de l’armée, deux années comme animateur à Loisir et Vacances puis formateur à l’asbl Espaces, pour ensuite passer à la maison des jeunes à Ciney pendant 4 ans et enfin , aujourd’hui, je suis agent d’assurances.
Et si je ne suis pas devenu le « Guy Gilbert » du Condroz, j’ai cependant conservé ce regard critique, le respect de la différence, la tolérance et l’amour de la vie que m’a apportés cette école….NOTRE école !

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *