Témoignage de Nadine Michaux sortie en 1986


Puisque Monsieur Job insiste tant, et bien voilà je me lance dans mon témoignage!
Il est vrai que quand Isabelle Simonet, m’en a parlé il y a quelques mois, je n’étais guère motivée à témoigner vu mon parcours professionnel atypique, qui ne collait pas trop avec mes études techniques passées à Saint-Joseph. A 12 ans me voilà arrivée dans cette grande école pour ma 1ère année secondaire en 1981, 1ère année où l’école technique inscrivait les filles! Tout de suite, qu’est-ce que je me suis bien sentie dans cet environnement aéré, vert, et bien organisé. Et puis en tant que fille justement, il faut dire que nous avons été bien accueillies et gâtées par les profs. Monsieur Pirlot, prof de math, Monsieur Matagne, en Français, Monsieur Pierard en Latin, et Monsieur Deconinck en technologie et aussi les autres bien sûr ont tout fait pour rendre ce début de rénové motivant et agréable.
Après la 2ème  année commune, c’était une évidence pour moi de prendre l’orientation technique en option dessin de construction et de bâtiment!
C’est là que nous nous retrouvons Isabelle Simonet et moi-même, les seules filles, dans notre année, de la 3ème  à la 6ème.
En technique nous sommes également bien chouchoutées par le corps professoral et particulièrement par Bernard Desille, qui avait toujours un œil bienveillant sur nous! Il suffisait de l’entendre arriver dans les couloirs en sifflotant pour être rassurées.
Les cours d’option pour moi sont un vrai régal, même si je ne suis pas toujours très subtile pour comprendre les différentes matières. Mais comme je suis une fille appliquée et studieuse, les années s’enchaînent et arrive bien vite la rhéto. Il faut donc choisir la suite des études. Pas facile pour moi qui préfère écouter l’avis de mon papa. Je m’inscris donc à l’école d’ingénieur de Pierrard à Virton.
J’y fais une 1ère  que je réussis, et une 2ème  que je rate. Je précise que c’est quand même à Virton que je rencontre un garçon formidable, qui est mon mari depuis 28 ans et qui m’a donné 3 magnifiques filles, Emilie (27 ans), Chloé (25 ans) et Anna (18 ans).
Après cet échec un changement total d’orientation s’impose, je suis dégoûtée de tout ce qui est « math » et  j’entame un régendat en français – religion  que je termine avec distinction.
Me voilà à présent dans le monde du travail et je fais des remplacements dans l’enseignement. En même temps, mon mari ouvre un magasin d’informatique à Libramont et j’essaye de l’aider au mieux. C’est de là que mon envie de suivre des cours de comptabilité m’est venue. Très vite je laisse tomber l’enseignement pour trouver du travail en comptabilité. Domaine dans lequel je travaille encore aujourd’hui pour une PME de la région, la sa COWALCA à Rochefort et après journée en activité complémentaire.
Je retrouve un peu le côté technique de mes études secondaires dans la pratique de mon hobby, le rallye. Tantôt co-pilote, ou pilote mais toujours sur des Ford Escort, j’aime entendre rugir ses moteurs à propulsion qui permettent de belles glisses contrôlées et qui donnent aussi du plaisir aux spectateurs. Pour financer ce sport, je me suis lancée dans les passeports pour ces escorts.
Le passeport (PTH) est en quelque sort la carte d’identité d’un véhicule qu’il faut obtenir pour pouvoir participer à certains rallyes comme celui du Condroz ou celui du Wallonie.
Donc voilà mes études plus techniques, puis le régendat en français et puis enfin la comptabilité m’ont aidé à être la personne que je suis à 51 ans, c’est-à-dire une fille bien dans sa peau et contente de ce parcours, comme je le disais,  assez atypique.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *