Témoignage d’Elisabeth Paul sortie en 1994.
Sortie des options sciences biologie-chimie-physique, Elisabeth s’est spécialisée dans la recherche et le conseil en matière de coopération au développement dans le domaine de la santé mondiale. Son terrain de prédilection ? L’Afrique de l’Ouest.
Après avoir obtenu une licence en sciences de gestion à l’Université de Liège, j’ai fait un DES en gestion du développement. Cela me permettait de donner un sens à ma vie, notamment en découvrant le monde et les autres cultures. Un goût des voyages cultivé à St Jo par les programmes Lingua et Eurodyssée. En début de carrière, j’ai occupé différents postes comme assistante et chercheuse à l’ULG. C’est mon 3e patron qui m’a envoyée pour la première fois en Afrique, au Bénin, en 2001. Un voyage révélateur qui a confirmé ma vocation. J’ai alors fait une thèse grâce à une bourse d’aspirante FNRS. Ma thèse portait sur l’application de la théorie des incitants à la gestion des ressources publiques dans les pays en développement. Après ces 4 années de doctorat, je suis partie une année au Mali comme coopérante belge. J’assistais le Ministère de la Santé malien à mieux gérer ses bailleurs de fonds. J’ai notamment appuyé la rédaction de la politique nationale de développement des ressources humaines pour la santé. De cette expérience, j’ai tiré en 2013 un roman chez L’Harmattan, dont le titre est Les tribulations d’une coopérante belge au Mali. Revenue en Belgique en 2008, j’ai obtenu divers contrats de recherche à temps partiel pour l’ULG et ai occupé le reste de mon temps comme consultante pour différents organismes dont l’OMS.
Dans ce cadre, j’appuie l’organisation et le financement des systèmes de santé en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Bénin, Burkina Faso, …). Je vais fréquemment sur place pour des missions allant de une à trois semaines. La passion que j’ai pour ce travail, c’est que des tas de choses sont à inventer et que chaque pays est différent. Au niveau humain, ce sont à chaque fois des rencontres formidables avec des gens motivés et bosseurs.
Depuis un an et demi, je suis chargée de cours à l’ULB au sein de l’Ecole de Santé Publique. Je donne des cours de planification des programmes de santé et de politiques et systèmes de santé. Il y a donc pas mal d’aspects d’organisation et de gestion des systèmes de santé.
Je monte en ce moment un projet d’évaluation des politiques de santé avec le Ministère de la Santé du Burkina Faso. Le financement se fait via la coopération universitaire.
Je garde de très bons souvenirs de mon passage à St Jo de la 3° à la 6° et particulièrement de ma classe de rhéto que j’espère revoir le 20 septembre prochain. Si je devais épingler un souvenir, c’est celui de mes deux professeurs de biologie, Mesdames Brassine et Darville. Elles étaient non seulement passionnées par leur métier d’enseignante mais en plus, elles voulaient accompagner les élèves dans leur développement personnel et tout simplement dans l’apprentissage de la vie. Des grandes sœurs dont nous nous souvenons avec affection lorsque je retrouve mes comparses de l’époque !

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *