Témoignage d’Aline Fery sortie en 2009.
Aline Fery est avocate au Barreau de Dinant. Elle aborde son métier et un souvenir marquant, celui du concert des chorales animé pour la partie secondaire par l’inégalable Sergio Nardi.
Je suis aujourd’hui avocate au Barreau de Dinant. Je m’occupe de droit pénal, de droit familial et d’autres sujets variés comme les problèmes de roulage ou de protection des droits des jeunes. Ma première idée, en abordant des études de droit à l’UCL, était le Conseil de la Magistrature. Mais un professeur de l’UCL m’a convaincue qu’être avocate et plaider étaient vraiment dans mes cordes. Je n’ai jamais regretté ce choix car il n’y a pas deux journées similaires. Il s’agit d’une réelle aventure humaine. Je côtoie des confrères qui m’enrichissent et surtout, j’ai la possibilité d’aider des gens en situation de précarité.
Pour pratiquer ce métier, il faut une grande ouverture d’esprit et une certaine assurance dans la prise de parole en public. Cette assurance s’apprend tous les jours. Sans doute ai-je eu la chance d’avoir des enseignants dans le secondaire qui nous aidaient à cette prise de paroles en public. Je me souviens de notre professeur de latin, Monsieur Cochart, que j’ai eu pendant 4 années. Il transmettait son savoir et son ressenti face aux problématiques traitées dans les textes anciens. Et il nous faisait souvent parler lors d’exposés.
Le public ! Voilà bien ce qui me relie avec les fameux concerts des chorales auxquels j’ai eu la chance de participer dès ma première année secondaire. Après de multiples répétitions lors de temps de midi et de WE, j’ai pu chanter lors de spectacles publics, d’abord dans la salle omnisports, puis carrément au Ciney-Expo. Quel plaisir d’évoquer tout cela ! Il y avait deux parties, la partie de l’enseignement fondamental animée par un instituteur, Matthieu Hébette, et la partie enseignement secondaire animée par l’inénarrable Sergio Nardi.
Ces concerts étaient vraiment pro : des musiciens et un son professionnels, des chorégraphies professionnelles et un chef de chœur professionnel à qui les défis de taille ne faisaient pas peur, pourvu qu’on aime le chant et la musique, et surtout qu’on respecte les conditions du travail collectif. Bien sûr, mes copines Elise Warzée, Manon Genette, Madeline Votion, Charlotte Lambert ou Marie Defreyne et moi aimions le chant, mais on avait été frappées dès la première année par l’impressionnant charisme de notre professeur de musique, le fameux Sergio. Sous des airs de personne extravagante, il arrivait à nous mettre à l’aise, à ne pas se prendre la tête, comme il disait. Il avait des qualités de rassembleur à l’opposé du supposé élitisme de la musique. Personne ne jugeait personne. Que de stress et en même temps que de bons souvenirs qui –aujourd’hui encore- soudent notre bande de copines auxquelles j’ajoute Vivian Collard. J’entends encore notre couplet de Tous les cris les SOS de Daniel Balavoine, le Cactus de Jacques Dutronc, une chanson de Christophe Willem ou la chanson Waterloo d’Abba. Les concertistes élèves étaient chaque fois fiers d’y être arrivés et de participer au contentement artistique et humain de Sergio. Qui a oublié la fameuse serviette en éponge sous laquelle Sergio disparaissait en nage en fin de concert après le Tutti, comme il disait !!!! Nous attendions ce moment chaque année.
Et le public, me direz-vous ? Eh bien, il venait en masse. On était parfois entre 60 et 100 en scène, et dans la salle, il y avait plus de 1000 spectateurs !
Aujourd’hui, je continue à chanter, notamment au sein de la chorale paroissiale d’Hamois, avec Adeline et Elise Warzée. Je trouve qu’outre l’apprentissage du souffle, on apprend à s’écouter les uns les autres.
Il y a peu de temps, j’ai revu Sergio dans un concert à Profondeville. Après une autre carrière de conseiller pédagogique en musique, il tient un restaurant à l’abbaye de Floreffe et garde tout son dynamisme. Il sait qu’il a donné envie à des tas d’élèves de se dépasser. Il n’y a pas de faux bourdons, disait-il avec confiance.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *