Schmitz Julia

Témoignage de Julia Schmitz sortie en 2011.
Julia Schmitz vit de sa passion pour les chevaux. Elle gère une société familiale en lien avec les chevaux et participe en même temps à des compétitions de parcours complet.
J’ai presque fait toutes mes années à St Joseph, quatre années primaires de la 3° à la 6°, puis toutes mes années secondaires ( option maths 4- sciences sociales). Mais mes études ne m’ont en rien reliée à ce que je fais aujourd’hui. J’ai toujours eu un intérêt pour les chevaux. Dès l’âge de 10 ans, avec ma grande sœur, nous allions au Manège à Leignon, puis à Marchin. Un jour, vers 14 ou 15 ans, j’ai monté le poney de Marie Dive, avec lequel j’ai participé à mon premier concours à Faulx les Tombes. Ce poney avait déjà participé à des concours et j’ai continué à la monter avec succès et plaisir.
Ensuite, j’ai eu la chance de pouvoir participer à un projet familial. Avec mon papa propriétaire d’une entreprise d’impression digitale à Ciney et mes sœurs, on a acheté et développé Les Ecuries du Sanseau à Monin, près de Ciney. Je m’y occupe de chevaux qui m’appartiennent ou à mes parents et de chevaux de clients, particulièrement des jeunes chevaux auxquels on fait acquérir de l’expérience pour améliorer leurs performances et parfois les revendre. J’élève des juments et des poulains pour participer à des concours de parcours complets, ç-à-d du dressage, des obstacles et du cross. Et aujourd’hui, je vis de ma passion en étant dans une carrière professionnelle de cavalière. J’ai déjà participé à des compétitions en Belgique, en Allemagne, aux Pays Bas, en Italie ou en Pologne. Je participe à des championnats senior. Ma jument Lady Like est au plus haut palier.
Parallèlement, je donne des cours à des jeunes élèves cavaliers. C’est là que j’utilise certains exemples de bonne pédagogie que j’ai pu observer chez deux de mes anciens professeurs, Madame Delvaux, professeure d’éducation physique – j’ai toujours bien aimé les sports- et Monsieur Dozin, mon professeur de sciences sociales. Observer la psychologie de chacun, son caractère, lui apprendre à apprendre…..
Mon emploi du temps est plus que chargé : les compétitions s’étendent de fin mars à début octobre, par exemple à Arville ( Namur) ou à Waregem.
Chaque WE est pris ! Je voudrais bien participer à l’avenir à des championnats d’Europe et du Monde, passages obligés vers le rêve ultime : les Jeux Olympiques. Il s’agit aussi de s’organiser et de gérer la logistique. Je viens par exemple de passer mon permis C poids lourds. Je conduis un camion 17 tonnes et un Mobilhome tirant quatre chevaux.
Enfin, pour l’heure, nous organisons – dans nos Ecuries de Monin- un concours complet programmé au début septembre. Ce sera la huitième fois consécutive. L’an dernier, il y avait 500 cavaliers et 3000 spectateurs !
Bien sûr, j’ai pu compter sur l’aide de mes parents. Mais on peut vivre de sa passion et en travaillant, on doit y croire.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *