Mabille Michaël

Témoignage de Michaël Mabille sorti en 1994.
Je m’appelle Michaël Mabille, j’ai 43 ans et j’ai réalisé mes études secondaires à l’institut St-Joseph entre septembre 1988 et juin 1994. (Ecole technique, option électromécanique)
Après l’institut St-Joseph, j’ai poursuivi des études d’ingénieur industriel à l’institut GRAMME à Angleur (aujourd’hui, haute école HELMO). Je suis diplômé de l’institut GRAMME depuis juin 1999.
J’ai ensuite travaillé 5 ans au bureau d’étude de la fonderie G. Fallais à Villers-le-Bouillet (Fonderie d’aluminium) et 3 ans en tant que responsable de production au Centre d’Impression de Rhisnes (Imprimerie du quotidien ‘’Vers l’avenir’’).
Je travaille aujourd’hui depuis 12 ans chez VIVAQUA (intercommunale de production et de distribution d’eau potable et d’assainissement en région bruxelloise) au bureau d’étude électromécanique.
Je suis marié et papa de trois filles de 9, 12 et 15 ans qui aujourd’hui, à leur tour suivent leur enseignement à l’institut St-Joseph.
A l’époque, je n’ai bien entendu pas choisi personnellement l’institut St-Joseph. Il s’agit là du choix de mes parents très certainement pour les mêmes raisons qui m’ont poussé à y inscrire mes enfants quelques dizaines d’années plus tard, à savoir : un enseignement de qualité dans un cadre agréable et dans une école à dimension humaine.
J’ai pour ma part choisi de suivre la filière technique avec un objectif dès la seconde année, le métier d’ingénieur …
L’institut proposait à l’époque un enseignement technique de transition en troisième et quatrième année mais uniquement l’enseignement de qualification en cinquième et sixième. Ce choix m’a valu quelques soirées ‘’difficiles’’ dans les matières de base mais a également constitué un bel avantage dans les matières techniques. Je n’ai jamais regretté ce choix même si un enseignement technique de transition aurait probablement été plus adapté aux études que j’envisageais.
Je garde en particulier un très bon souvenir des professeurs d’options qui savaient rendre leurs cours intéressants et donner envie de poursuivre le chemin…
L’évolution de la société en général (manque d’éducation, de respect, etc…) et de l’enseignement (priorité accordée à la forme plus qu’au fond, économies au détriment de la qualité de l’enseignement, etc…) est préoccupante mais je suis ravi de constater (de par sa réputation et par mon constat personnel) que l’institut St-Joseph a su conserver un enseignement et un encadrement de qualité.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *