Blanco Sanchez Laura

JOUR J-64 : Témoignage de Laura Blanco Sanchez sortie en 2003.
Laura Blanco Sanchez est costumière. Elle vient de lancer sa petite entreprise, une boutique-atelier spécialisée dans les vêtements anciens datant principalement d’avant les années cinquante située à la Rue Haute à Bruxelles.
Quand j’ai terminé mes années secondaires en option arts d’expression-maths 4-langue 2, j’étais un peu « perdue » au niveau du choix de mes études supérieures. Je venais de passer six années qui ouvraient plein de portes mais je ressentais aussi l’appel artistique. Depuis le début de l’adolescence, j’aimais dessiner des silhouettes de mode. Je me rappelle que l’option arts d’expression avec Madame Donceel puis Monsieur Gilmard m’a révélé un élément déterminant dans le monde du théâtre : au-delà de ce qu’il se passe sur scène, il y a des mondes parallèles, celui de la technique, de la scénographie, des costumes, des lumières,….. Lorsqu’il s’est agi de prendre ma part dans le spectacle théâtral des 6°, j’ai pris plus de plaisir à m’occuper des costumes pour tout le monde qu’à être sur les planches. Et puis, Madame Donceel avait organisé pour nous les élèves, des déplacements en soirée au Théâtre de Namur. C’est là que j’ai compris que je voulais devenir costumière, participer à la création de cet univers, mettre ma brique à l’édifice.
J’ai donc fait des études de stylisme-modélisme à la Haute Ecole Francisco Ferrer à Bruxelles. C’était assez technique, on y apprenait à concevoir un vêtement et à le produire, selon les tendances du prêt à porter.
Mon premier emploi fut – après un stage de 4 mois pendant mes études- l’assistanat d’une créatrice de vêtements éthiques. Nous étions à la rue des Chartreux, tout près de la fameuse rue Dansaert, lieu des boutiques branchées de Bruxelles. Ensuite, je me suis lancée comme free lance. C’est en faisant des rencontres dans le monde du théâtre belge francophone que j’ai été amenée à travailler pour différentes compagnies notamment au Théâtre National ou au Théâtre des Martyrs. Durant plusieurs années j’ai participé à l’élaboration de la scénographie urbaine et des costumes pour le festival Namur en Mai. Une étape marquante de ma vie professionnelle a été mon engagement au sein du département Costumes de Franco Dragone. J’étais modéliste dans ses locaux de La Louvière et je voyageais avec l’atelier itinérant qu’on déménageait sur place un mois ou deux avant les premières représentations, par exemple en Chine ou à Dubai. La pression était forte. On travaillait en équipe (designer, couturière, modéliste). Je m’occupais de la coupe, des patrons, des prototypes et du suivi des costumes qui s’abîment vite dans les conditions extrêmes que représentent ces types de show.
Une enième rencontre m’a permis de faire ce que je fais aujourd’hui : je me suis spécialisée avec une associée dans les vêtements anciens. Nous tenons une boutique-atelier à la Rue Haute, dans le quartier des Marolles à Bruxelles. Le nom de cette boutique, Mademoiselle l’Ancien, est en lien avec ma partenaire qui va chiner au Marché aux Puces et qui fut baptisée comme cela par les vendeurs du marché. Nos clients sont des particuliers, mais aussi des gens du milieu du cinéma ou du théâtre… et pas mal de Japonais qui sont férus de vêtement ancien occidental. Beaucoup de gens sont à la recherche d’une autre façon de consommer aujourd’hui. Notre projet s’inscrit dans une économie circulaire : nous chinons, nettoyons, réparons et remettons les pièces restaurées en vente dans le magasin. Les matières de jadis étaient bien plus solides qu’aujourd’hui ! Le business a l’air de prendre et nous envisageons d’engager une couturière en plus.
Quand je regarde dans le rétroviseur, je me dis qu’il y a moyen de vivre 1200 vies dans une vie ! Il faut s’accrocher à ses rêves. J’ai accepté certains jobs parfois pénibles pour vivre avant de mieux rebondir. Mais aujourd’hui, je fais ce que j’aime et j’y mets beaucoup d’amour.
Bienvenue dans notre boutique, au plaisir de vous y rencontrer !

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *