Rectem Stéphane

Je suis Stéphane RECTEM et c’est alors que mon âge commence à s’écrire avec deux chiffres que je découvre l’école dans laquelle j’allais passer le plus de temps.
C’est pour suivre mon copain Joseph que je me décide à quitter mon école de village pour l’Institut Saint Joseph où je suis les cours du Frère Joseph, ça ne s’invente pas. 
C’est tout naturellement qu’après avoir goûté aux joies du traditionnel défilé dans les rues de Ciney, des classes de neige et du ski en Suisse que j’intègre l’école des grands.
Ayant depuis mon plus jeune âge été attiré par les bricolages en tous genres et initié par mon père, je choisis de suivre dès la première année la filière technologique.
La troisième se profile et je me dirige vers le dessin de construction qui me permet d’assouvir ma passion pour la créativité. Ce fut une année marquante dans une improbable classe de 11 élèves menée de main de maître par un professeur novice qui le sera deux fois puisqu’aujourd’hui il est devenu l’abbé Renard. A cette époque, vous m’avez certainement croisé juché sur mon vélo parcourant les routes de la région.
L’année suivante est marquée par ma rencontre avec la rigueur des mathématiques et de ses nombreuses applications scientifiques. A partir de ce moment, nous suivons les cours généraux avec les électromécaniciens qui deviennent aussi des copains.
Les deux dernières années, nous nous retrouvons tels les mousquetaires à 4 dans l’option. Nous découvrons les joies de la logique polonaise inverse et les rudiments de la programmation par le truchement d’un passionné avant-gardiste. Enfin arrive déjà le bout et c’est en 1982 que je suis heureux d’avoir enfin été mis à la porte (la grande).
L’année suivante, je muscle mes connaissances en mathématiques à Namur pour présenter l’examen d’entrée des études d’ingénieur civil et découvre pourquoi j’étais si bien dans mon école à Ciney.
Ma carrière professionnelle débute chez un membre de mon jury de fin d’étude de Saint Joseph : monsieur Peter Csoma qui après m’avoir accueilli comme travailleur étudiant m’offre un poste en attendant mon service militaire.
 
Sitôt mes obligations remplies, je trouve en emploi chez un charpentier métallique en France où je travaille pendant 21 ans. Je m’expatrie dans le sud de notre pays et me fixe dans le beau canton. J’y fonde une famille puisque j’ai le bonheur d’être le père de 2 filles.
Depuis 8 ans, j’ai repris une entreprise de menuiserie aluminium, de serrurerie et de charpente métallique à Charleville-Mézières qu’avec mon équipe, nous nous efforçons de faire prospérer.
En ce moment, je travaille sur un chantier à Paris et nous sommes 4 anciens élèves en dessin de construction de Saint-Joseph à collaborer pour le mener à bien. Notre entente et notre complicité n’a pas mis beaucoup de temps pour se rétablir donnant un attrait supplémentaire au projet. La qualité de la formation perdure au travers du temps.
De mon passage à L’Institut, je garde les valeurs de bienveillance, de convivialité et de tolérance mais aussi le plaisir du travail bien fait grâce à la rigueur et à la précision que j’y ai apprise. Mes passions pour le cyclisme et l’automobile a lui aussi résisté au temps. L’éloignement et le temps n’ont pas eu raison non plus de mon amitié avec mon ami Joseph avec qui je partage encore aujourd’hui de trop rares moments.
Stéphane Rectem DSCO 1982

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *