Pirlot Jean-Luc

JOUR J-99 : Témoignage de Jean-Luc Pirlot sorti en 1981.
12 ans d’études, sans compter les maternelles que j’ai « brossées » quelque peu, c’est le temps que j’ai passé à St Jo. Cela correspond à 63% de la durée mes études !
1969- 1975.
D’abord les Primaires, à l’ombre des marronniers du Parc St Roch, à l’école des Capucins : une classe par année avec la faveur d’avoir un encadrement familial et des instituteurs attentifs à la progression de tous : Mme Y. Fonck-Lamotte, Mrs H. Dewez, G. Libert, Ch. Sacré et CH. Mailleux, le prof de gym.
Nous avons eu le privilège d’avoir des récréations un peu plus longues, agrémentées de matchs de foot et surtout de jeu de billes au pied du grand sapin !
1975-1981.
Commencent ensuite les Secondaires de la rue Courtejoie : quel changement par rapport à l’école de « la Gare ».
Beaucoup plus nombreux (et beaucoup moins nombreux qu’actuellement), nous sommes répartis dans plusieurs classes, d’autres camaraderies se créent, il faut apprendre à connaitre tous les profs :
  • La « soupe des équations » au cours de math du Frère Marc (1°), càd mélange de plusieurs définitions et théorèmes ;
    • Technologie : Aimé Labar qui détestait que l’on désigne un objet par « la barre »
    • La chaussure qui « grince » de M. Dricot , « parce qu’il n’avait pas payé tout », d’après ce qu’il disait ;
    • L’arbitrage des matchs de foot par M. Verboogen, depuis sa voiture (appel de phares, klaxons) ;
    • L’historien, M. Georges, qui écrivait tout son cours sur le tableau noir ;
    • La chemise à carreaux de M. Luc Fontaine : quand il en portait une, lui dire qu’il n’était pas possible de voir au tableau, il répondait : impossible j’ai mis des carreaux à ma chemise 😊
    • Les expériences scientifiques « manquées » de M. De Bruyn ;
    • Les chahuts à certains cours ( eh oui, il y en avait comme dans toutes les écoles !) :
    Lors d’un bilan de chimie, mon meilleur ami Michel me prend ma copie, se lève et menace de la jeter par la fenêtre si je ne le laisse pas s’inspirer de mon texte, et tout cela devant notre professeur 😊
    • Les nombreuses heures avec la même enseignante, Mme Sanzot : latin, français : 5h de cours/8 le lundi !
Remarques particulières pour certains professeurs qui ont permis de progresser dans les études supérieures, par leur méthode de travail et leur attachement et leur amour pour leurs cours : Mme Dujardin en latin et grec, M. Lurot en français et surtout l’inoubliable Dany Dewez en grec.
Ce dernier faisait passer l’amour de son cours, certes en travaillant, mais aussi en sachant être attentif à la progression de ses élèves : tous étaient ses « protégés ».
A l’heure actuelle, pourrait-on encore faire cours à l’extérieur ? Au soleil ? Travail, respect et sympathie !
Malgré une option gréco-latine durant mes humanités, j’ai poursuivi des études plutôt scientifiques puisque je suis devenu médecin après 7 années d’étude (FUNDP et UCL)
Mes enfants ont aussi fréquenté St Jo (15 ans : 3 maternelles, 6 primaires et 6 secondaires). 2 d’entre eux sont déjà diplômés et travaillent (ingénieur et kinésithérapeute), le dernier poursuit ses études de psychologie.
☹Seul regret et même déception : il n’y a pas eu de proclamation effectuée fin de l’année scolaire 80-81, alors qu’il y avait une réussite de 100%, rare à St Jo !!!

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *