Genette Vincent

JOUR J-130 : Témoignage de Vincent Genette sorti en 1983.
Après avoir passé mes quatre premières années primaires à l’école des Capucins, je termine le cycle à l’institut Saint-Joseph rue Courtejoie à Ciney.De septembre 1977 à juin1983, je poursuis mes études secondaires sur le même site. Dans ce cadre agréable, je me fais de nombreux amis et certains cours me plaisent plus que d’autres : je me souviens notamment des cours artistiques de Mr Liard ou encore sportifs de Mrs Verboogen et Colinet. La très bonne formation que j’y ai également reçue en langues étrangères me permettra plus tard une intégration bien plus aisée dans ma vie professionnelle.
A l’époque, les retraites organisées dans le cadre du cours de religion, les voyages réalisés en fonction du choix des options ou encore les fancy-fair étaient des événements clés de l’école. Que de bons souvenirs !
En troisième, avec le début de la mixité et à cause (voire ‘grâce à’) d’une option inexistante à l’école de la Providence, mon regard s’est porté sur une jeune fille qui deviendra plus tard…ma chère et tendre !
Nos trois enfants ont également usé les bancs de cette école et en gardent de nombreux souvenirs qu’ils partagent encore souvent.
Après être sorti de l’école des sous-officiers d’élite de la gendarmerie, j’intègre la légion mobile à Bruxelles. Quelques années plus tard, je suis définitivement rattaché au contrôle frontalier de l’aéroport de Zaventem.
Aujourd’hui, je supervise les personnes chargées des contrôles de passagers en dehors de l’espace Schengen et j’analyse les façons de traduire la directive européenne dans la législation belge au niveau du traitement des données des passagers.
Un des faits récents et des plus marquants de ma carrière reste bien sûr l’attentat perpétré le 22 mars 2016. Bien que n’étant pas en première ligne mais présent ce jour-là, j’ai pu ressentir sur quelques heures toutes les émotions partagées : incompréhension, révolte, peur, désillusion, douleur, tristesse, interrogations mais aussi courage, volonté, empathie…
Dans ce monde en perpétuelle évolution et où tout va vite – trop vite ?-, je pense qu’il est important de pouvoir se poser, réfléchir et compter les uns sur les autres. Le progrès, la sécurité, l’individualité sont nécessaires mais pas à n’importe quel prix : restons vigilants mais toujours et simplement humains.

Leave a Reply +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *